La justice et le droit Chez Platon et Aristote, la justice est la vertu essentielle qui permet l’harmonie de l’homme avec lui-même et avec ses concitoyens. Les plus riches croient travailler à leur intérêt privé mais en réalité ils travaillent pour l’intérêt général. -en obéissant à la volonté du tout, il n’obéit à personne ( en particulier) et à soi-même comme partie du tout. C’est parce que chacun se sent menacé pour sa survie que chacun va accepter de se soumettre à un pouvoir. C’est pourquoi il faut des différences mais pas trop d’inégalités, empêchant un accord ensuite des intérêts de chacun avec l’intérêt général. même si le droit est juste, s’en tenir à la loi peut amener à commettre des injustices parce qu’on peut être dans la légalité mais insuffisant d’un point de vue moral. c’est une convention préliminaire qui permet. Il les désigne seulement comme « I’une des deux femmes », et comme « I’autre femme ». II. Ce qui distingue donc le visage dans son statut de tout objet connu, tient à son caractère contradictoire. Réfléchissant à tout cela, il refit l’expérience avec l’anneau pour voir s’il avit bien ce pouvoir et en arriva à la conclusion qu’en tournant le chaton vers l’intérieur, il devenait invisible, vers l’extérieur, visible. La licence dont je parle serait telle au plus haut point si leur était donné un pouvoir tel que celui qui jadis, dit-on, fut donné à l’ancêtre de Gygès le Lydien . Le visage est le lieu de la parole de Dieu. 3) Il est interdit de compenser des atteintes aux libertés de bases par des avantages économiques ou inversement de mettre des individus dans une position économique qui leur enlève toute liberté. Il faut que chacun se prononce en son nom avec le sens de l’intérêt général. Il y a dans le visage la suprême autorité qui commande, et je dis toujours, c’est la parole de Dieu. parce que nous sommes des êtres doués de conscience et de raison donc capables de discerner le bien et le mal et libres de choisir l’un ou l’autre donc libres et responsables, nous avons peur d’être immoral. Le principe des lois de l’Etat, c’est que « tes droits définissent mes devoirs ». • La justice distributive concerne la répartition des biens et des honneurs entre les membres de la cité. chacun va ensuite s’engager à se soumettre à toute la communauté  constituée par le premier pacte, c’est-à-dire va renoncer à faire usage de sa liberté naturelle pour se soumettre à la volonté souveraine du tout. Le label Max Havelaar garantit l’achat direct de produits de qualité aux producteurs à un prix « juste », c’est-à-dire lui permettant de vivre décemment sans subir les fluctuations du marché ( 5%du marché du café en France). « L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Comme le dit Kant  « si la justice disparaît, c’est chose sans valeur que le fait que les hommes vivent sur terre ». On obéit à l’une volontairement, librement et à l’autre, contraint et forcé, par faiblesse. ». L’esprit de commerce produit dans les hommes un certain sentiment de justice exacte, opposé d’un côté au brigandage, et de l’autre à ces vertus morales qui font qu’on ne discute pas toujours ses intérêts avec rigidité, et qu’on peut les négliger pour ceux des autres. Distinction du débat et de la querelle. La justice commutative b. « Apportez-moi une épée « , ordonna le roi; et on apporta l’épée devant le roi qui dit:  » Partagez l’enfant vivant en deux et donnez la moitié à l’une et la moitié à l’autre ! Quand au droit du premier occupant auquel on renonce pour le droit de propriété, il était lui aussi précaire et contraignant. Lors donc qu’il était assis au milieu des autres, il lui arriva par hasard de tourner le chaton de la bague vers lui à l’intérieur de sa main, ce qu’ayant fait, il devint. Mais cette revendication de liberté individuelle vont amener à respecter/accepter un ÉTAT nécessaire à la fois pour les protéger mais aussi pour les faire coexister pour le maintien de la société dont l’individu ne peut pas se passer. Or le droit se doit de dire non pas ce qui est et ce qui se fait mais ce qui doit être et doit être fait. Ceci dit, supprimer l’État, c’est présupposer que les hommes pourraient coexister pacifiquement et librement en obéissant qu’à eux-même, ce dont on peut malheureusement douter. On obtient donc un pouvoir légitime puisque chacun consent à y obéir, mais absolu puisque chacun s’engage à y obéir de manière inconditionnelle et totale. – la loi est alors l’expression de la volonté générale qui  est « inaliénable » (« le pouvoir peut bien se transmettre mais non pas la volonté », le pouvoir législatif est au peuple souverain), « indivisible » et est en théorie toujours « droite et tend à l’utilité publique ». Cependant, c’est là que réside toute l’ambiguïté du visage, et de la relation à l’autre. De même,  la concurrence inégalitaire ou/et le monopole dans la production permettent de s’enrichir davantage. La justice comme nature ou convention a. Le droit positif b. Définir les termes - Justice : Institution judiciaire en charge de faire appliquer et respecter la loi. Et c’est alors par rapport à un troisième terme qu’on va évaluer chacun et répartir ou distribuer à proportion selon le mérite, les besoins, le travail ce qui est du à chacun ou ce qu’il doit…. La mission de l’ÉTAT, c’est d’instituer la société comme ÉTAT, c’est à dire comme une unité se tenant debout. On ne peut l’exploiter, ni l’aliéner. – Difficulté n°2 : possibilité de distinguer entre des lois fondamentales-universelles et des lois positives-arbitraires ? Ce visage exposé à mon regard est désarmé. « l’Homme est un loup pour l’homme ». en lui donnant l’aumône. On pourrait presque aller jusqu’à adhérer à l’anarchisme qui prône la suppression de l’État et par extension de toute autorité : ni Dieu ni Maître. Introduction : Qu’est-ce que j’ai le droit de faire ?Qu’ai-je le devoir de faire? parce que nous sommes des êtres sociaux et donc confrontés au regard des autres, devant lesquels on comparaît plus qu’on apparaît. 2. On pourrait penser spontanément que traiter chacun à égalité, c’est être juste. C’est pourquoi le texte ajoute: « Elles se disputaient ainsi devant le roi… ». Pour certains, par cette redistribution inégalitaire, on favorise l’assitanat, on stigmatise ceux qui bénéficient de ces traitements ( ex: discrimination positive) et on renforce le sentiment d’injustice chez les autres. Le rapport cherche à surligner les contours d’un Etat de droit à la française, qui serait à préserver. – Conclusion : vers une définition relativiste de la justice. Le 26 octobre dernier, Dima Abdel Samad Kais, 52 ans, a, après quatre-vingt-trois jours de coma, succombé à ses blessures provoquées par la double explosion au port de Beyrouth. De même, s’il y a misère sociale, demande importante sur le marché du travail ,cela permet de tirer plus de profit d’une main d’œuvre sans choix, n’ayant pas d’autres choix que de se laisser exploiter. Si, étymologiquement, la justice et le droit sont très proches (jus, juris, qui donne l’adjectif juridique), la justice est aussi une catégorie morale et même, chez les anciens, une vertu. Pour savoir si quelque chose est juste, il ne faut pas l’évaluer par rapport à une valeur préétablie mais examiner la procédure qui est à l’origine de cette chose. «. Ah oui, nous faisons aussi : Des choses cachées depuis la fondation du monde. Introduction : I - Le mot : L'Etat : Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse. Ce visage de l’autre, sans recours, sans sécurité, exposé à mon regard dans sa faiblesse et sa mortalité est aussi celui qui m’ordonne : ” tu ne tueras point “. Il propose un pacte en 3 temps qui vont amener à poser les principes d’une République ( où le peuple est souverain, c’est-à-dire détient le pouvoir législatif) qui n’est pas nécessairement une démocratie ( une démocratie est un régime politique, une forme de gouvernement. Et ils peuvent même être une menace pour la collectivité. BAKOUNINE disait de l’État que « tout ce qui lui sert est bon, tout ce qui est contraire à ses intérêts est déclaré criminel : telle est la morale de l’État ». Lorsque arriva le jour de l’assemblée habituelle des bergers, en vue d’aller faire au roi le rapport mensuel sur l’état des troupeaux, il y vint aussi, portant cet anneau. Autrui, c’est tout le monde sauf moi donc personne en particulier donc il est aisé de s’engager à ne pas lui nuire. 2. Ayant perçu cela, il fit aussitôt en sorte de devenir l’un des messagers auprès du roi et, sitôt arrivé, ayant séduit sa femme, il s’appliqua avec elle à tuer le roi et prit ainsi le pouvoir. – Trois conclusions à tirer. Aristote le fait dans Et I, 6 et 13: ce qui est propre à l'homme par rapport aux plantes et aux animaux, ce n'est ni la reproduction, la croissance, la vie en général, ni la sensation mais la raison. Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire. Toute extension de ces fonctions viole le droit des individus à ne pas être contraints, et … C’est ce que souligne la réaction de la mère dans le Jugement de Salomon, où le partage égal aurait été la cause d’une progonde injustice. La conformité au droit existant. Elle peut-être utilisée pour les dissertations sur la politique, sur la société ou encore sur le droit. Donc le droit ne fait que légitimer le fait. La justice comme qualité morale b. Alors qu’en morale, il y a un débat entre les morales utilitaristes et les morales de l’intention: B. Etre juste est-ce traiter tout le monde de la même manière? Pour Rousseau, le démocratie n’est âs nécessairement le meilleur régime républicain) . Voyant cela et s’émerveillant, il descendit et la fable raconte qu’il vit alors, parmi bien d’autres merveilles, un cheval d’airain, creux, avec des ouvertures, à travers lesquelles, en se penchant, il vit qu’il y avait à l’intérieur un cadavre, qui paraissait plus grand que celui d’un homme, et qui ne portait rien d’autre que, à, la main, un anneau d’or, qu’il retira en sortant. 1. Le rôle du juge est d’être une « justice animée » pas l’application rigoureuse et aveugle de la loi, chaque cas étant un cas particulier que la loi n’a pu envisager, se devant d’être générale. 3° : La démocratie moderne a la passion de l’égalité comme le souligne TOCQUEVILLE, et c’est à partir de cette notion qu’elle pense tout. Que l'injustice nous indigne montre que la justice est d'abord une exigence, et même une exigence d'égalité : c'est d'abord quand un partage, un traitement ou une reconnaissance sont inégalitaires que nous crions à l'injustice.La justice devrait donc se définir par l'égalité, symbolisée par l'équilibre de la … La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants. Les distinctions d’ ARISTOTE pourraient justifier un État providence devant corriger les inégalités naturelles ou sociales par des traitements inégaux ou adaptés à chacun. Pour eux, l’État providence porte atteinte à la liberté de certains et impose une définition de la justice discutable. On peut penser que ce qui est à l’origine de la naissance de l’ÉTAT, c’est la montée de l’individu et la revendication des libertés individuelles. Pour lui, à l’état de nature, les hommes étant égaux et ayant la même passion de la liberté et des jouissances, ils sont nécessairement dans des rapports violents soit par rivalité soit par méfiance soit par fierté. Si tout s’achète et se vend, il convient de rappeler qu’il existe quelque chose sans prix, car ayant une valeur absolue, la personne humaine. L’homme devient par là un homme. Le droit ne doit pas s’ajuster au fait, mais c’est le fait qui doit s’élever au niveau du droit. Introduction : I - Le mot : L'Etat : Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse. – Pour Marx, le droit n’est que l’incarnation et la défense des intérêts de la classe dominante économiquement , l’infrastructure déterminant la superstructure. La justice est sujette à dispute. I .Comme le cœur des rapports économiques, c’est l’échange monétaire et la richesse, il semble qu’ils soient sourds à toute exigence de justice. Par contre pour les modernes, la liberté se doit d’être d’abord politique mais aussi privée, individuelle. 1 – ce qui ne peut le fonder: le fait et donc la force. Cette question se pose aussi parce que nous vivons sous des lois établies par le droit positif, c’est à dire posé par l’autorité législatrice souveraine de l’État. -il n’y a pas de séparation entre auteur et sujet de la loi : chacun est à la fois « souverain » ( citoyen actif) et sujet de la loi qu’il a lui-même faite ( citoyen passif) , c’est le principe de la souveraineté fractionnée et de la République. Puis le droit coutumier qui résulte des us et coutumes. Sans quoi cela entraîne une intolérance civile. Pour certains, l’État providence est un État qui va au-delà de ses missions premières, ce qu’on appelle les fonctions régaliennes. On tombe alors dans un débat de valeurs qui n’est qu’un débat d’intérêts stérile. Peut-on la voir dans le droit positif? Selon TOCQUEVILLE, c’est cet oubli de la citoyenneté par un repli sur la sphère privée qui entraîne la dégénérescence de l’État, de la démocratie. – Reconstruction du raisonnement de Pascal, à partir des fragments des Pensées. Vous pouvez aussi tester vos connaissances en philosophie grâce à nos quiz sur les différents concepts . -« chacun se donnant à tous ne se donne à personne » en particulier. Analyse de l'idée équivoque de justice : 1. Elle peut-être utilisée pour les dissertations sur la politique, sur la société ou encore sur le droit. Quelle que soit la contenance qu’il se donne, que ce visage appartienne à un personnage important, étiqueté ou en apparence plus simple.Ce visage est le même exposé dans sa nudité. La justice est au coeur des débats depuis l’aube de la philosophie. Cependant, c’est là que réside toute l’ambiguïté du visage, et de la relation à l’autre. Que dit le visage quand je l’aborde ? Prétendre qu’à la fin d’une guerre on a le droit de tuer le vaincu ou d’en faire son esclave est totalement absurde parce que le vaincu n’est plus un soldat mais simplement un homme sur lequel je n’ai aucun droit parce qu’il n’a jamais été mon ennemi. Doc-Plus, Partage de documents avec vos élèves. 2: il est censé incarner la volonté générale du peuple et donc pour s’instaurer, il oblige les hommes à se hisser au plan de la raison. Le droit est différent de la justice : il correspond à son application et a deux fonctions définies. – Définition du despotisme, et lien entre le despotisme et l’injustice. Ainsi comme elle ne s’adresse qu’à elle, elle peut faire des prix permettant du profit.

létat la justice et le droit philo

Analyste De La Performance Sportive, Piercing Oreille Paris 17, Organigramme D'une Entreprise Industrielle Pdf, Grosse Peluche 1m, Concours Beaux-arts 2020, Cour Européenne Des Droits De L'homme Stage, Android Tv Apk, Maison à Vendre à Saly Sénégal,